Hôtel Lallemant à Bourges

personnage_9Repères historiques (Texte provenant de la plaquette : Hôtel Lallemant - Musée des Arts décoratifs).

binary trading thailandtrading in binary options

L'Hôtel Lallemantédifié durant les premières années du XVIe siècle, dans un quartier alors très commerçant, à quelques pas de la place Gordaine, où se tenait un marché. Comme ses illustres devanciers, le palais du duc Jean, la « Grant Maison » de Jacques Coeur et l'hôtel des échevins, l'Hôtel Lallemant est construit sur l'enceinte romaine de la ville de Bourges, ouvrage du Ive siècle, détourné de son usage depuis le XIIe siècle, et dont les particu­liers fortunés pouvaient depuis cette date acheter des portions.entreeLa famille Lallemant, d'origine germanique, comme l'indique son nom, fait commerce de drap. Durant la seconde moitié du XVe siècle, ses membres occupent des offices au service du roi de France : Guillaume Lallemant fut receveur général de Normandie sous Louis XI et son fils Jean, seigneur de Cour intérieure.

Marmagne, lui succéda dans cette charge de 1481 jusqu'à sa mort en 1494. Ce dernier eut plusieurs enfants, dont deux fils également appelés Jean ; Jean l'aîné fut à son tour receveur général de Normandie de 1494 à 1517 et Jean le jeune receveur général de Languedoc jusqu'en 1535, puis de nouveau en 1545.Tous deux furent maires de Bourges, respectivement en 1500 et 1510. Ces deux Jean eurent deux frères, Guillaume et Etienne, qui entrèrent dans les ordres, et une soeur qui épousa un marchand florentin de la famille Rucellai. Proches de l'entourage royal sous Charles VIII et Louis XII, les frères Lallemant Jean l'aîné et Jean le jeune étaient au contact de la civilisation italienne et des premières manifestations artistiques de la Renaissance en France.cour_exterieureAutour d'un premier terrain proche de la place Gordaine, propriété de Guillaume Lallemant dès 1445-1446, son fils Jean et ses petits-fils Jean l'aîné et Jean le jeune réunirent progressivement un vaste espace, que la présence du mur d'enceinte romain rendait pentu. Ils y édifièrent entre 1495 et 1500 un hôtel particulier, dont l'entrée se faisait decouloir_ascendantpuis l'actuelle rue de l'Hôtel­ Lallemant, dans une cour bordée de bâtiment, tandis que des jardins s'éten­daient à l'emplacement des fossés, vers la rue Bourbonnoux, d'où l'on accède aujourd'hui à la demeure.A la suite de l'entrée de Louis XII à Bourges en 1506 et sans doute avant 1513, le décor de l'Hôtel fut remanié, à l'intérieur comme à l'extérieur. L'hypothèse d'une participation du sculpteur italien Antoine Juste a été avancée.tour_droite
Au XVIIe siècle, l'Hôtel Lallemant, passé aux mains de la famille Dorsanne, vit ses parties hautes modifiées : les façades furent abais­sées et surmontées d'un fronton courbe aux armes des possesseurs du moment, ainsi que d'un toit à deux pentes garni de lucarnes au décor classique.

Avant de devenir un musée, l'Hôtel Lallemant fut au XIXe siècle tenue par des religieuses, puis le siège des sociétés savantes de la ville. Il fut porté dès 1840 sur la liste des Monuments historiques classés. Le conservateur des musées de Bourges y aménagea à partir de 1950 un musée consacré aux arts décoratifs, et permettant de présenter une partie des collections de pein­tures de la Ville de Bourges.